En novembre 1944, la 1ère Armée Française, commandée par le général de Lattre de Tassigny, déclenche une offensive cinglante dans le sud de l'Alsace. Elle bouscule le front allemand, conquiert Belfort et pousse jusqu'au Rhin en libérant Mulhouse, le 21 novembre. Deux jours plus tard, la 2e D.B. de Leclerc, au terme d'une épopée qui prit naissance au Tchad, à Koufra, libère Strasbourg. Voici le contexte local (côté Nazi et côté Américains).

Contexte Nazi

Le 24 novembre 1944, le lendemain de la chute de Strasbourg, des colonnes importantes de soldats allemands battus et désorganisés par la défaite, certains blessés, les vêtements en lambeaux, traversent Barr, en direction outre-Rhin. L’annonce de la libération d'Obernai laissait présager la fin du cauchemar. Néanmoins, dès le jeudi 23, Barr était bombardé par l'artillerie américaine depuis la région du Sommerain, et la population s'était réfugiée dans les caves. Le soir du vendredi 24 novembre, toutes les troupes allemandes avaient évacué Barr. Seuls les gardes aux barrages antichars étaient occupaient le bâtiment des postes, avaient été maintenus en ville. La compagnie sanitaire fut retirée le samedi après midi. Si les 25 et 26 novembre sont des journées calmes, le dimanche 26 au soir vers 22 heures arrive en gare de Barr un détachement allemand de la 106è brigade de chars Feldherrnhalle et le « Sturmbataillon Bittermann » (bataillon d'infanterie). Ce détachement comprend deux compagnies, soit environ deux cents hommes jeunes, fanatiques et surtout entraînés aux combats. Ils ont endossé leur tenue léopard et ont pour mission de défendre coûte que coûte, les localités de Barr et Dambach-la- Ville, afin de contrôler la percée alliée en direction de Sélestat. Leur armement est composé de chars, de véhicules blindés et d'un char « Tiger », ainsi qu'un groupement de la 280è brigade de canons automoteurs qui stationnera en réserve à Eichhoffen. Dès l'entrée des troupes en ville, les soldats pénétrèrent à grands coups de pieds et de crosses de fusils dans les habitations en ordonnant à la population de se réfugier dans les caves en laissant les portes de leur maison ouvertes. 

 

Le lendemain lundi 27 novembre, le char « Tiger » patrouille rue de la Promenade, contrôlant par là même les deux carrefours, place de l'ancienne Gare et la route de Sélestat. De plus les barrages antichars sont consolidés avec l'aide de la population réquisitionnée et réarmés en différents points de la ville. En début d'après-midi, les barrois sont alertés par des combats qui se déroulent à Gertwiller et notamment par l'explosion du pont de la Kirneck, dynamité par les allemands. Dans le ciel du soir les barrois constatent les lueurs sinistres des incendies qui ravagent Gertwiller, où de très nombreuses maisons sont la proie des flammes. Déjà des soldats allemands blessés sont dirigés vers l'hôpital de Barr où le docteur Marcel Krieg avait aménagé dans les sous-sols, un poste de secours avec matériel chirurgical. En effet aucune des troupes en présence ne disposait, à ce moment précis, de services de santé à proximité du front des combats. 

 

Contexte américain

La 2è division blindée du général Leclerc, après avoir effectué sa percée en Alsace, dès le 19 novembre par le Dabo et Obersteigen, se dirige vers Strasbourg. Le jeudi 23 novembre, la capitale alsacienne est libérée. Obernai est délivrée le lendemain 24 par des troupes du général Leclerc qui relevaient de la 7' armée américaine du général Patch, la 14' division blindée, dont le 48' bataillon venait d'effectuer une autre percée depuis Wisches. À Obernai, ces unités avaient établi l'ensemble de leur logistique, matériel, provisions, munitions et autres. 

 

Lundi 27 novembre, la décision est prise de poursuivre l'avancée vers le sud en direction de Barr, Dambach-la- Ville et Sélestat. Après avoir traversé Goxwiller, une colonne de chars américains arrive le jour même à l'entrée de Gertwiller. La bataille s'engage avec les troupes allemandes dont les renforts proviennent de Barr. Les américains se heurtent à une forte résistance et sont durement malmenés. Gertwiller est à feu et à sang. Dans l'impossibilité de passer les belligérants camperont sur leur position: à savoir les allemands le long de la voie ferrée et les américains autour du cimetière et sur le côté nord du village. 


En revanche les éléments de la 103è division d'infanterie regroupés dans le groupement tactique n° 7, traversent les Vosges, descendent la vallée de Barr et réussissent sans trop de peine à faire leur jonction avec les éléments blindés, du 48è bataillon de chars.

Nous écrire par

Formulaire de contact

Téléphone

03 88 08 66 66

Comment s’y rendre

Itinéraire

Ville de Barr

Adresse et accès

1 Place de l’Hôtel de ville

Horaire d'ouverture

Du lundi au jeudi de 8h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h30

Le vendredi de 8h00 à 12h00 et de 14h00 à 16h30