La matinée à Barr est calme. Le détachement de la 106e brigade de chars Feldherrnhalle, formée par des S.A. et non par des SS comme on l'avait cru tout d'abord, et le bataillon de choc Bittermann formé de jeunes de 18 à 20 ans, encore gonflés à bloc pour combattre, avaient reçu l'ordre de défendre Barr et de ne pas laisser progresser les chars américains. 

 

Et c'est ainsi que chaque maison devint un « bunker » et abrités derrière les volets clos des nids de mitrailleuses lourdes et des « bazookas ». Heureusement pour Barr et ses habitants, le temps est bouché et il fait très froid et l'aviation ne peut intervenir dans les combats. Néanmoins, en fin de matinée, un obus incendiaire tombe sur l'Hôtel de Ville de Barr où éclate un violent incendie qui n'est découvert que vers midi par un employé municipal. À cette même heure les tirs d'artillerie reprennent d'intensité. Mais l'Hôtel de Ville brûle ! La pompe d’incendie marcha toute la journée et les pompiers et les volontaires présents, sous le feu des américains et allemands tentèrent de d’éteindre le feu de ce monument chère aux yeux des barrois. Vers 22 heures, subitement, elle s'arrêta. Il aura fallu démonter, remonter le monteur, changer les bougies et un peu d’essence pour que le tout se remit à fonctionner. Évidemment depuis l'après-midi, il n'y a plus d'électricité, mais la motopompe remarche et les pompiers continuent leur tâche en combattant l'incendie dans des conditions exténuantes et meurtrières, sous les coups de l'artillerie allemande qui bombardera la ville toute la nuit. Vers quatre-cinq heures du matin, l'incendie de l’Hôtel de Ville est circonscrit.

 

Mais revenons en début d'après midi, alors que les combats redoublent de violence en provenance de Heiligenstein. Des incendies s'allument en haut de la rue Sultzer, les maisons Kormann et Stoffel sont atteintes. Un intense mouvement avec un bruit de plus en plus fort de chenilles de chars s'entend au milieu de la rue Sultzer et du réservoir d'eau. Un terrible combat s'engage entre les deux belligérants dès le premier barrage, puis au second situé face de l'ancienne manufacture de chemises, dans la même rue. 

 

Il ressort du carnet de route de l'armée américaine, que les chars se fourvoyèrent dans les rues de Barr cherchant à tout prix un passage parmi ce déluge de feu. Beaucoup revenant en arrière furent anéantis par les tirs de mitrailleuses lourdes et surtout par les bazookas à titre de preuves ces quelques citations : « Le sergent chef William Winslow prit en main le 3è peloton, il passa deux barrages, détruisit une maison, suspecte, mais son char fut à son tour détruit par le feu. Le sergent Forest Gable était en tête de colonne. Devant lui une Jeep de reconnaissance et un véhicule blindé furent mis hors de combat avant d'entrer dans la ville, il continue d'avancer dans les rues détruisant une autre maison suspecte (on saura bien plus tard que « ces maisons dites suspectes » contenaient des nids de mitrailleuse lourdes, qui furent détruites avec leurs servants). C'est alors qu'il fut attaqué par des mitrailleuses lourdes qui tiraient du premier étage de la ferme de l'hôpital. Il riposta et détruisit l'ennemi. Parut alors un soldat armé d'un bazooka, qui détruisit son char. Le fantassin L. Hennery qui suivait le char, abattit l'allemand avec sa mitraillette... ».

 

Mais alors que les chars américains envahissaient les rues de Barr, le capitaine allemand te Heesen, commandant les chars allemands trouve la situation critique pour ses hommes et son matériel, car les américains semblent avoir un nombre impressionnant de blindés en action dans la ville et à sa périphérie. II prend peur et appelle à la rescousse la compagnie de «Sturmgeschutze» en réserve à Eichhoffen.

 

Treize chars américains furent détruits cet après midi du 28 novembre en ville sur les 17 qui y étaient entrés. Les chars du 48e bataillon américain entrant à Barr par la route de Heiligenstein, devaient traverser la ville tout en repoussant les allemands vers le sud-est, rue de la Gare et route de Sélestat. D'ailleurs, dans le communiqué du commandement du 14è corps d'armée allemande du 28 novembre 1944, le général commandant le corps félicita l'élément de la brigade 106 pour son remarquable soutien au corps d'armée et lui exprima sa grande reconnaissance et le signala à l'Ordre de l'Armée. 

 

Mais pendant que les combats faisaient rage entre les allemands et les chars américains, une autre unité américaine, le 3e bataillon du 411e régiment d'infanterie, faisant partie de la 103e division américaine, commandée par le major William Kasper, bousculait le barrage de la vallée et entrait dans Barr. Eux aussi repousseront les allemands vers la route de Sélestat, complétant la manœuvre des chars de Ferris pour les bouter hors de la ville. On comprend mieux la réaction du capitaine allemand Heesen qui a vu de cette nouvelle arrivée massive de l’infanterie appela à l’aide les canons automoteurs en réserve à Eichhoffen. Les chars allemands subirent aussi de très lourdes pertes. Les grenadiers du groupe « Reuter » stationnés à Dambach-la-Ville furent aussi contactés. Mais ces derniers n'arrivèrent qu'au début de la nuit, alors que les américains occupaient la ville et que les allemands se retiraient. Ils n'intervinrent plus sur Barr. 

 

À 16 heures, un communiqué radio du Quartier Général du 6è corps d'armée américain signalait: « La ville de Barr a été prise par les 1er, 3e et 7e bataillons d' infanterie du 411e régiment et du 7e C.C (Command Corps) et de la 103 division d'infanterie ». 

 

Le 3ème bataillon quitta Barr le soir même pour participer à la libération d'Andlau, la même nuit. Un autre bataillon le remplaça à Barr et se mit en « hérisson » pour la nuit avec les hommes du major England du 48è Bataillon de chars, formant un « team char-infanterie » sur une place de Barr, pour arrêter un éventuel retour des allemands. D'autres unités américaines descendirent par la route du Hohwald et prêtèrent main forte au 3è bataillon du major Kasper.

Nous écrire par

Formulaire de contact

Téléphone

03 88 08 66 66

Comment s’y rendre

Itinéraire

Ville de Barr

Adresse et accès

1 Place de l’Hôtel de ville

Horaire d'ouverture

Du lundi au jeudi de 8h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h30

Le vendredi de 8h00 à 12h00 et de 14h00 à 16h30